Chronique

La corvée de bois.

Je suis habile de mes doigts, mais j’ai beaucoup à apprendre dans toutes les disciplines manuelles. J’aime bien blaguer que je suis niveau 2 juste en menuiserie avec Normand, mais c’est un moyen de gamification qui met en perspective l’apprentissage à venir ; le farming.

La fournaise

En décembre 2017, nous avons installé une fournaise au bois et je dois apprendre les bases du bucheron.

Le plan c’est de chauffer tous les bâtiments de l’entreprise et la maison multigénérationnelle grâce au glycol chauffé dans la fournaise à bois.

Pour le moment, seul le module de chauffage de la maison est mis en service. Le confort ressenti dans la l’ancienne école de rang aux murs de béton d’un pied d’épais est vraiment agréable. Nous pouvons marcher nu-pied dans le salon, même s’il fait -40 o à l’extérieur. À cette température, la fournaise demande beaucoup de remplissage. Donc nous avons besoin d’une bonne réserve de bois pour chaque hiver.

Fournaise extérieure

Réserve de bois

Gestion des stocks

Nous n’étions pas certains du nombre de cordes nécessaires pour ce premier hiver. En janvier, nous avons dû refaire nos stocks et commencer à bucher. Nous en avons fait une activité familiale. Norbert et Madeleine transportaient des buches avec le traineau. Moi je transportais le bois pour les corder afin de libérer de l’espace pour Normand qui manipulait la scie à chaine.

On doit planifier la recharge de la réserve de bois pour les années prochaines, afin de le faire sécher dans un abri qui n’accumulera pas la neige et qui permettra une gestion plus efficace du chauffage. Grâce à la terre à bois, nous pourrons planifier notre réserve de façon renouvelable, moins chère et moins exigeante pendant l’hiver. 

Un pas de plus vers l’autosuffisance

Déjà pour les deux premiers mois d’activités, la facture d’électricité est 2 fois plus petite. Même si nous sommes maintenant deux familles qui utilisent deux fois plus tous les appareils électriques, nous avons économisé ~400 $ sur la facture d’électricité. Bien sûr, l’amortissement du temps investi et du coût d’acquisition du bois n’est pas appliqué à ce montant.

On a toujours le petit poêle à bois au sous-sol, mais on ne l’utilise plus du tout. La fournaise extérieure est vraiment plus efficace. Même si c’est moins réconfortant, l’an prochain la ferme aura un système complet pour nous garder au chaud. C’est un pas de plus vers l’autosuffisance. Maintenant, les parties d’Agricola avec l’extension des Fermiers de la lande auront une toute nouvelle perspective grâce à cette expérience de bucheron de campagne.

Normand qui coupe des buches

Marc-André Martin

Marc-André Martin

Chroniqueur
Vue d'ensemble de la fournaise
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *