Entrées par Madeleine Olivier

Le train des fraises

On l’appelle comme ça dans la famille. Le train des fraises. Rien à voir avec une ferme laitière. C’est une expression qui fait littéralement référence à un train, qui fait trembler les rails avant d’entrer dans la gare. Le hic, c’est qu’il n’arrête pas. Lorsqu’il passe devant nous, il faut sauter dedans, prêt ou pas. Cela ressemble à ça, produire des petits fruits.

,

Nos premiers travaux en champs

Notre fils l’appelle le «gros jardin ». À notre arrivée en octobre 2017, il avait été saisi par le contraste entre notre petit jardin fermontois, et ce tunnel chenille de 80 pieds qui abrite le jardin familial. Il y a d’ailleurs passé de nombreuses heures à manger des cerises de terre, et à lorgner les piments forts malgré nos avertissements.

Une commotion agricole

Cela fait depuis octobre déjà que nous sommes arrivés sur la ferme. Il n’y a pas eu de répits depuis. Mon conjoint et moi avions l’intention naïve de commencer à partager dès notre arrivée, via ce blogue, notre toute nouvelle vie de relève agricole.